Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Lexique germanique W




A B D E F G H I J K L M N O P R S T þ U W




*Wabsō- (Guêpe), substantif féminin, ouest germanique

vieil haut allemand : wefs(a), vieux saxon : wepsia, allemand : wespe
neerlandais : wesp
vieil anglais : wæfs, wæps, wæsp, anglais : wasp

D'une racine *wobh, également dans le latin vespa, le russe osa, le lituanien vapsà, le vieux prussien wobse ou le vieil irlandais foich. Le sens du terme originel est inconnu.

 

*Wala- (Mort, blessé ?), adjectif, germanique commun

vieil haut allemand : wal
vieil anglais : wæl
vieux norrois : valr

Se compare avec le tokharien wäl- (mourir) ou le lituanien vėlės (esprit des morts). Le vieil haut allemand en est venu à désigner le champ de bataille pendant que le vieil anglais et le vieux norrois désignaient les morts demeurés sur place. Le terme est aujourd'hui conservé en allemand dans le composé walstatt (champ de bataille). Il s'agit bien entendu du premier élément des composés Valkyrie (vieux norrois Valkyrja, vieil anglais Wælcyrge, pour le second élément voire → *Keusan ) et Walhalla (vieux norrois Valhöllr, pour le second élément voire → *Hallō- ).

 

*Walg- (Saule), substantif féminin, ouest germanique

vieux saxon : wilgia
neerlandais : wilg
vieil anglais : welig, anglais : willow

Probablement d'une racine indo-européenne *wel- (tourner, rouler, voire → *Wallan, *Wellan), références aux propriétés souples des branches du saule (voire → *Wīþja, *Wīþjō ).

 

*Walkan (Tourner, tordre, fouler), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : giwalchen, allemand : walken
neerlandais : walken
vieil anglais : wealcian, anglais : walk, waulk
vieux norrois : valka, suédois : valka

Origine obscure. Peut-être d'une racine indo-européenne *valg- (tourner, rond). Le sens s'est progressivement spécialisé en "fouler", "marcher".
Le terme anglais vagrant (vagabond, clochard) est probablement également issu de *Walkan par l'intermédiaire d'un possible fréquentatif *walkrōn qui aurait donné le terme normanno-picard wacrant, waucrant (vagabond), participe présent de wacrer, waucrer (errer).
A également donné le vieux français gaucher (fouler le drap) et peut-être le français → gauchir.

 

*Walþu- (Bois, forêt), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : wald, vieux saxon : wald, allemand : wald
vieil anglais : weald (bois, plateau boisé), anglais : wold (plateau)
néerlandais : woud
vieux norrois : vollr (prairie, champ), suédois : vall, islandais : -völlur

Le sens original semble avoir été "touffe, amas de feuilles", avant d'être généralisé au sens de "bois, forêt". On compère le terme au vieil irlandais folt (touffe de poils, amas de feuille), au gallois gwallt (idem) ou au lituanien váltis (panicule d'avoine). Au niveau indo-européen on reconstruit une racine *wolət- à laquelle le grec à degré vocalique zéro lásios (poilu, dru) est lié. Plus lointainement on rapproche également le latin vellere (plumer) ou → *Wullō.

 

*Walu- (Bâton, baguette), substantif masculin, germanique commun

gotique : walus
vieil anglais : wala, walu
vieux norrois : vǫlr

Origine inconnue. Se retrouve dans le nom vieux norrois de certaines prophétesses vǫlva (voire → *Walwōn) , parce que celle-ci se déplaçaient avec un bâton dont elles se servaient lors de leurs pratiques magiques. Il s'agit probablement également du second élément à l'origine de → *Wurtiwala-.

 

*Wana- (Habitué), adjectif, germanique commun

vieil haut allemand : giwona
vieux norrois : vanr, suédois : vana, islandais : vön

Le vieil haut allemand giwona présente un degré vocalique différent. Terme apparenté à → *Wunǣn (être satisfait).
Forme verbale derivée → *Wanijan (être habitué).

 

*Wanijan (Être habitué), verbe faible, germanique commun

vieil haut allemand : giwennen, allemand : gewöhnen
néerlandais : wennen
vieil anglais : gewenian, wenian, wennan, anglais : wean
vieux norrois : venja, suédois : vänja, islandais : venja

Forme verbale sur → *Wana- (habitué).

 

*Wankōn (Vaciller, chanceler), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : wancōn, allemand : wanken
vieux norrois : vakka

De même origine que *Winkan (se balancer, osciller).

 

*Wankula- (Bancal, instable), adjectif, ouest germanique

vieil haut allemand : wancal
vieil anglais : wacol, anglais : wankle

A également donné l'adjectif wankelmütig (versatile) en allemand moderne. Formation adjectivale sur → *Wankōn (vaciller, chanceler).

 

*Wǣnō- (Espoir, attente), substantif féminin, germanique commun

gotique : wens
vieil haut allemand : wān, vieux saxon : wān, allemand : wahn
vieux frison : wēn, néerlandais : waan
vieil anglais : wēn
vieux norrois : ván, vón

Issue de la racine indo-européenne *wen- comme le sanscrit vánoti, vánati (il souhaite), le latin venus (amour) ou le vieil irlandais fine (parenté, famille). De même origine → *Winnan (obtenir par son travail), → *Wunskijan (souhaiter, désirer), → *Wunjō- (envie, désir) et → *Wunǣn (être satisfait).

 

*Wara- (Mer), substantif neutre, germanique commun

vieil anglais : wær
vieux norrois : ver

Etymologie incertaine. A donné → *Waruþa- (île fluviale).

 

*Waruþa- (Ile fluviale), substantif masculin, germanique occidental

vieil haut allemand : werid, allemand : werder, werd, wört
vieil anglais : waroþ (plage, rive)

De même origine que → *Wara- (mer). Présent en toponymie : Werderinsel à Brême, Wörthersee, Donauwörth, Wörth, etc...

 

*Webila- (Coléoptère, punaise), substantif masculin, ouest germanique

vieil haut allemand : wibil, vieux saxon : wibil, allemand : wiebel
vieil anglais : wifel, wibba, anglais : weevil

A comparer directement avec le lituanien vãbalas (même sens) ou le russe dialectal véblica (sorte de ver).

 

*Wertez- (Moût de la bière), substantif neutre, germanique commun
*Wertezi- (Moût de la bière), substantif neutre, germanique commun


vieil haut allemand : wirz, allemand : (bier)würze
vieil anglais : wyrt, anglais : wort
vieux norrois : virtr, suédois : vört

Pourrait être de même origine (formation Vriddhi) que → *Wurt-, mais rien n'est moins sûr. La ressemblance phonétique avec les termes hérités de ce dernier a en tout cas contribué à une certaine confusion, voire à une convergence morphologique (déjà en vieil anglais).

 

*Weiwōn (Busard), substantif féminin, germanique continental (germanique commun ?)

vieil haut allemand : wīo, allemand : weihe, weih
vieux norrois (supposément) : langvé (pingouin)

Terme très obscur. Une connection avec le latin avis n'est pas impossible, tout comme un lien avec la racine indo-européenne *weiə- (poursuivre, chasser), voire → *Waiþi-

 

*Welō- (Bien), adjectif et adverbe, germanique commun

gotique : waila
vieil haut allemand : wola, vieux saxon : wola, wela, wala, allemand : wohl
vieux frison : wol, wel, wal, neerlandais : wel
vieil anglais : wel, anglais : well
vieux norrois : vel, val, suédois : väl, islandais : vel

Adjectif de même origine que → *Weljan (vouloir, souhaiter). Comparable hors germanique avec le gallois gwell (meilleur) ou le sanscrit vára- (préférable, meilleur). Utilisé dans tous les langues germaniques en tant qu'adverbe de → *Gōda- (bon).

 

*Welþa- (Gibier), substantif neutre, ouest germanique

vieil haut allemand : wild, allemand : wild
vieil anglais : wild(e), wildor

Même origine que → *Welþija-, mais sans suffixation.

 

*Welþija- (Sauvage), adjectif, germanique commun

gotique : wilþeis
vieil haut allemand : wildi, vieux saxon : wildi, allemand : wild
vieux frison : wild(e), neerlandais : wild
vieil anglais : wilde, anglais : wild
vieux norrois : villr, suédois : vill, islandais : villur

Directement comparable avec le gallois gwyllt. Pour le reste, terme d'origine obscure.

 

*Wenjō- (Pâturage), substantif féminin, germanique commun

gotique : winja
vieil haut allemand : winne
vieux norrois : vin

Voire → *Wunjō- (envie, plaisir).

 

*Weþru- (Bélier, ovin), substantif masculin, germanique commun

gotique : wiþrus (agneau)
vieil haut allemand : widar, vieux saxon : wethar, allemand : widder
neerlandais : weder
vieil anglais : weþer, anglais : wether
vieux norrois : veđr, suédois : vädur, islandais : veđur

On rapproche le terme germanique du latin vitulus (français → veau), du vieil indien vatsá- (veau) et du grec étalon (animal né dans l'année). La racine indo-européenne serait *wet- (année) et on aurait ici à faire originellement à un terme désignant les animaux nés dans l'année, ce qui passe par ailleurs avec le sens du terme wiþrus en gotique. Dans toutes les autre langues germaniques, le terme a le sens de bélier. Un rapprochement avec la racine indo-européenne *howi- (latin ovis, français ovin) avec chute de la première syllabe a également été proposé.

 

*Winkan (Osciller, balancer), verbe, ouest germanique
*Winkōn (Cligner de l'oeil), verbe, ouest germanique

vieil haut allemand : winkan, allemand : winken
neerlandais : wenken
vieil anglais : wincan, wincian, anglais : wink

Il s'agit possiblement de deux verbes originellement différents. Les formes et les significations se sont interchangées. Aujourd'hui l'allemand et le néerlandais ont avant tout le sens de "faire un signe" alors que l'anglais signifie "cligner de l'oeil". → *Wankōn (vaciller, chanceler) est de la même origine que *Winkan. On rapproche le sanscrit váñcati (va de travers, vacille), le latin vacillare (français vaciller) ou le lituanien véngti (s'écarter).
A l'origine de l'ancien français ganchir, guenchir (faire des détours).

 

*Winnan (obtenir par son travail), verbe fort, germanique commun

gotique : winnan
vieil haut allemand : winnan, giwinnan, vieux saxon : winnan, allemand : gewinnen
vieux frison : winna, neerlandais : winnen
vieil anglais : winnan, gewinnan, anglais : win
vieux norrois : vinna, suédois : vinna, islandais : vinna

D'une racine indo-européenne *wenǝ- (désirer, souhaiter obtenir) que l'on retrouve dans le sanscrit vanóti- (il souhaite, il veut), le vieux slave uniti (vouloir) ou les termes latins venus (amour, ardeur), Venus (divinité) ou vēnor (chasser, prendre en chasse). La forme géminée du germanique remonte à un plus ancien *wenw.
Formes collectives avec préfixe → *Ga en allemand et en vieil anglais.
De même racine → *Wunjō- (envie, plaisir) et peut-être → *Wenjō- (pâturage). Voire également → *Wunskijan (souhaiter, désirer), → *Wǣnō- (espoir, attente) et → *Wunǣn (être satisfait).

 

*Wisulōn (Belette), substantif féminin, ouest germanique (germanique commun ?)

vieil haut allemand : wisula - wisala, allemand : wiesel
neerlandais : wezel
vieil anglais : weosule, anglais : weasel
suédois : vessla, danois : væsel

On considère généralement le terme comme ouest germanique. Si néanmoins le vieux norrois hreysivisla (belette, rare, voire suédois et danois) est apparenté, on pourra alors envisager le terme comme germanique commun. L'origine est en tout cas incertaine. Fritz l'a rapproché du grec aiélouros (chat sauvage) et donc des racines indo-européennes *awi- (oiseau) et *selə- (saisir), soit "l'attrapeur d'oiseaux".

 

*Wisund- (Bison), substantif masculin, ouest germanique

vieil haut allemand : wisunt, wisant allemand : wisent
vieil anglais : wesend
vieux norrois : visundr (emprunté au bas allemand)

Le mot latin bisōn (français → bison) est très probablement un emprunt précoce aux parlers germaniques (attesté depuis le Ier siècle ap. J.C.). Hormis le premier terme du vieux prussien wis-sambrs, il n'existe pas de mots semblables dans les autres langues.

 

*Wīþja- (Saule), substantif masculin, germanique commun
*Wīþjō- (Saule), substantif féminin, germanique commun


vieil haut allemand : wīda, allemand : weide
vieil anglais : wīþig, anglais : withy
vieux norrois : víđir, suédois : vide, islandais : víđir

On explique le terme par les propriétés particulières des branches du saule qui sont facilement pliables et donc idéales pour le tressage. On aurait à faire à une racine indo-européenne *weiə- (tordre, tresser), qui a par exemple donné le latin viēre (nouer, attacher). Comparable à *Wīþja-, *Wīþjō-, on peut citer (de *wiət-u-) le grec ītéa, le vieux prussien witwan, le letton vîtuõls, le lituanien žilvìtis et le russe vetlá. Plus lointement, avec le sens de "branche de saule", "baguette", "vrille" ou "sarment", on évoquera le vieil indien vetasá, l'avestique vaētaii-, le latin vītis (français → viticole), le gallois gwden, le lituanien vytìs ou le vieux slave vĕtvĭ. Voire également → *Walg-.

 

*Wreitan (Graver), verbe fort, germanique commun

vieil haut allemand : rīzan, vieux saxon : wrītan, allemand : reissen
neerlandais : rijten
vieil anglais : wrītan, anglais : write
vieux norrois : ríta

La racine se retrouve également dans le substantif gotique writs (trait), voire → *Writi-, *Writa- (Marque, Trait). Le sens "écrire", par exemple en anglais, est secondaire. Les inscriptions étaient gravées.

 

*Writi- (Marque, trait), substantif, germanique commun
*Writa- (Marque, trait), substantif, germanique commun

gotique : writs
vieil haut allemand : riz, allemand : riss
vieil anglais : writ
vieux norrois : (v)rit

Substantif sur → *Wreitan (Graver). Le genre fut variable.

 

*Wulfa- (Loup), substantif masculin, germanique commun

gotique : wulfs
vieil haut allemand : wolf, vieux saxon : wulf, allemand : wolf
vieux frison : wolf, neerlandais : wolf
vieil anglais : wulf, anglais : wolf
vieux norrois : úlfr, suédois : ulf, islandais : úlfur

D'une racine indo-européenne *wlkwo- que l'on reconstruit toutefois avec difficultés en raison des différentes irrégularités présentées par les termes hérités : vieil indien vrka-, grec lýkos, latin lupus (français → loup), lituanien vilkas, vieux slave vlĭkŭ. En germanique, la labiovélaire en position finale derrière labiale est devenue [f]. L'existence d'une forme féminine comme le vieux norrois ylgr confirme bien le rattachement du germanique à la racine indo-européenne évoquée. Le vieil haut allemand avait une forme féminine wulpa ou le vocalisme correspond au vieux norrois, mais où le passage à une labiale en position finale a été complété.

 

*Wunǣn (Être satisfait), verbe faible, germanique commun

vieil haut allemand : wunēn, vieux saxon : wonon, wunon, allemand : wohnen
vieux frison : wonia, neerlandais : wonen
vieil anglais : wunian
vieux norrois : una

Le terme est également indirectement attesté en gotique à travers l'adjectif unwunands (non satisfait -> inquiet). De racine indo-européenne *wen- (désirer, souhaiter obtenir) et donc de même origine que *Wunjō- (envie, plaisir), → *Winnan (obtenir par son travail), → *Wunskijan (souhaiter, désirer) et → *Wǣnō- (espoir, attente).
Voire également → *Wana- (habitué).
Le terme a pris dans la sphère germanique occidentale le sens d'"habiter".

 

*Wunjō- (Envie, plaisir), substantif féminin, germanique occidental

vieil haut allemand : wunna, wunni, vieux saxon : wunni(a), allemand : wonne
vieil anglais : wyn(n), anglais : win (dialectal)

On suppose pour *Wunjō- une origine similaire à → *Wenjō- (pâturage) avec degré vocalique différent. L'allemand moderne wonne désigne également un lieu où faire paître le troupeau. La racine commune aurait d'abord désigné un type de pâturage particulièrement apprécié par le bétail, avant de servir à désigner de manière générale ce qui est convoité. Le latin venus (amour, désir) et le sanscrit vánas- (touffe de feuilles) seraient de même origine. Voire également → *Winnan (obtenir par son travail), → *Wunskijan (souhaiter, désirer), → *Wǣnō- (espoir, attente) et → *Wunǣn (être satisfait).
*Wunjō- est le nom de la huitième lettre de l'alphabet futhark.

 

*Wunska- (Souhait, désir), substantif masculin, germanique commun
*Wunskō- (Souhait, désir), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : wunsc(h), allemand : wunsch
vieil anglais : wūsc, anglais : wish
néerlandais : wens
vieux norrois : ósk, suédois : önskan, islandais : óska

Substantif sur → *Wunskijan (souhaiter, désirer).

 

*Wunskijan (Souhaiter, désirer), verbe faible, germanique commun

vieil haut allemand : wunscen, allemand : wünschen
vieil anglais : wȳscan, anglais : wish
néerlandais : wensen
vieux norrois : æskja, suédois : önska

Formation verbale en [sk] de même origine que le sanscrit vāñchā (souhait). La racine indo-européenne est *wenǝ- (désirer, souhaiter obtenir). Voire → *Winnan (obtenir par son travail), → *Wunjō- (envie, désir), → *Wǣnō- (espoir, attente) et → *Wunǣn (être satisfait).
Le substantif est → *Wunska-, *Wunskō- (souhait, désir).

 

*Wurma- (Ver), substantif masculin, germanique commun

gotique : waurms
vieil haut allemand : wurm, vieux saxon : wurm, allemand : wurm
vieux frison : wirm, neerlandais : worm
vieil anglais : wyrm, anglais : worm
vieux norrois : ormr, suédois : orm, islandais : ormur

A comparer directement avec différents termes de même origine dans différentes langues indo-européennes : latin vermis (français → ver), lituanien vařmas (insecte, moustique), vieux russe vermie (insecte) ou grec ancien rómos (ver à bois).

 

*Wurti- (Racine), substantif féminin, germanique commun
*Wrōti- (Racine), substantif féminin, nord germanique


gotique : waurts
vieil haut allemand : wurz, vieux saxon : wurt, allemand : wurz
vieil anglais : wyrt, anglais : wort, root
vieux norrois : urt, rót, suédois : ört, islandais : jurt, rót

D'une racine européenne *wrəd-i- (racine) que l'on retrouve dans le latin rādīx (peut-être de *wrād-, français → radis, racine), gallois gwraidd ou vieil irlandais frén (vocalisme inexpliqué). On peut aussi citer comme apparentés l'albanais rrënjë et, peut-être, le tokharien B witsako. Le germanique nordique *Wrōti-, à l'origine du vieux norrois rót et de l'anglais root, est lui issu d'une racine *wrāt-. L'anglais wort a servi à désigner un certain nombre de plantes, tout comme l'allemand würze, gewürz, le suédois ört ou l'islandais jurt.
L'étymon est le même que pour certains mots désignant la "branche" : latins rāmus (de *radmus, français → rameau), radius ou grec ancien rádix. C'est pourquoi on suppose que le sens d'origine fut "ramifié", "rameux". Voire → *Wertez-, *Wertezi- (moût de la bière). Voire également → *Wurtiwala- dont les termes hérités ont remplacé ceux issus *Wurti- en néerlandais et en allemand pour désigner la racine.

 

*Wurtiwala- (Racine, bâton, pieu), substantif masculin, germanique occidental

vieil haut allemand : wurzala, allemand : wurzel
vieil anglais : wyrt-wala
néerlandais : wortel

Comme le vieil anglais wyrt-wala l'indique il s'agit selon toutes vraisemblances d'un composé issu de → *Wurti- (racine) et de → *Wala- (baguette, bâton). Le sens a pu être à l'origine "pieu enfoncé dans le sol" avant d'être généralisé en "racine" en allemand et en néerlandais.