Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Lexique germanique þ




A B D E F G H I J K L M N O P R S T þ U W




*Þahsu- (Blaireau), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : dahs, allemand : dachs
neerlandais : das
norvégien : svintoks (avec comme premier élément svin, voire → *Swīna-)

Terme celto-germanique que l'on retrouve dans le gaulois tasgos, tascos, taxos. Est passé dans les langues romanes : français dialectal → taisson, italien tesso, espagnol tejón et dans le français → tanière (terrier du blaireau) sans qu'il soit possible de dire si l'emprunt vient du celtique ou du germanique.

 

*Þanka- (Remerciement, reconnaissance), substantif masculin, germanique commun

gotique : þagks
vieil haut allemand : dank, vieux saxon : thank, allemand : dank
neerlandais : dank
vieil anglais : þanc, anglais : thanks
vieux norrois : þokk, suédois : tack, islandais : þökk

Substantif de même origine que → *Þank(i)jan (penser). Le sens premier est donc "avoir une pensée pour", "à garder à l'esprit". A servi à former le verbe → *Þankōnan (remercier). Voire également → *Gaþanka-, *Gaþankōn (pensée).

 

*Þank(i)jan (Penser, réfléchir), verbe, germanique commun

gotique : þagkjan
vieil haut allemand : denken, vieux saxon : thenkjan, allemand : denken
vieux frison : thanka, thenza, neerlandais : denken
vieil anglais : þencan, anglais : think
vieux norrois : þekkja, suédois : tänke, islandais : þekkja

Verbe de même origine que le latin tongēre (savoir). On évoque une racine *teng- (tirer, tendre), avec également le sens de "peser" dans le domaine slave : russe tjagnuti (peser lourd), russe tjanút (peser). Si bien qu'on suppose que le sens d'origine a pu être d'abord "peser" avant de passer à "penser", "réfléchir". Penser à l'utilisation du français peser dans une expression telle que "peser le pour et le contre". Voire également → *Þanka-, → *Gaþanka-, *Gaþankōn.

 

*Þankōnan (Remercier), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : dankōn, vieux saxon : thankon, allemand : danken
neerlandais : danken
vieil anglais : þancian, anglais : thank
vieux norrois : þakka, suédois : tacka, islandais : þakka

Formation verbale sur → *Þanka-.

 

*Þarbēn (Souffrir de privations), verbe faible, germanique commun

gotique : gaþarban
vieil haut allemand : darbēn, vieux saxon : tharƀon, allemand : darben

Formation verbale sur → *Þarbō- (manque).

 

*Þarbō- (Manque), substantif féminin, germanique commun

gotique : þarba
vieil haut allemand : darba, vieux saxon : tharf
vieux frison : therve
vieil anglais : þearf
vieux norrois : þǫrf

Une origine commune avec → *Þurfan, *Þurban (avoir besoin, avoir le droit à) est assez probable. Formation verbale dérivée : → *Þarbēn (souffrir de privations).

 

*Þrastu- (Grive), substantif, nord germanique
*Þruskjōn (Grive), substantif, ouest germanique
*Þrustlō- (Grive), substantif, ouest germanique


vieil haut allemand : drōsca(la), drosela, vieux saxon : throsla, allemand : drossel
vieil anglais : þrostle, þyrsce, anglais : throstle, thrush
vieux norrois : þrostr, suédois : trast, islandais : þröstur

De la racine (européenne) *tr(o)zdo- avec laquelle → *Starōn est également apparenté (avec [s] movible). On trouve à l'origine une racine indo-européenne *ter- qui a servi à designer des oiseaux de type volaille ou pigeons avec un rapport avec les chants émis. La racine *tr(o)zdo- semble être construite avec d pour *dō- (donner), si bien qu'on peut evisager un sens de "celui qui émet un chant". De la même origine sont le latin turdus (grive), le moyen irlandais truid (étourneau), le russe drozd (avec variation à l'initiale) ou le lituanien strãzdas (avec [s] mobile).

 

*Þunnu- (Mince), adjectif, germanique commun

vieil haut allemand : dunni, vieux saxon : thunni, allemand : dünn
vieux frison : thenne, néerlandais : dun
vieil anglais : þynne, anglais : thin
vieux norrois : þunnr, suédois : tunn, islandais : þunnur

D'un plus ancien *þenu-. La géminée est issue d'une forme déclinée en -nw- qui a été assimilée. Terme indo-européen (*tenu-), cf. le sanscrit tanú-, le latin tenuis, le vieil irlandais tana(e), le lituanien tévas ou le vieux slave tĭnŭkŭ, tous de même sens. L'élément de composés grec ancien tany- est de même origine, a le sens de "long" et permet un rapprochement avec la racine *ten- (étirer, tendre). Le sens de départ est donc "l'étendu", "l'étiré".

 

*Þurfan (Avoir besoin, avoir le droit à), verbe fort, germanique commun
*Þurban (Avoir besoin, avoir le droit à), verbe fort, gotique

gotique : þaurban
vieil haut allemand : durfan, vieux saxon : thurƀan, allemand : dürfen
vieux frison : thurva
vieux norrois : þfan
vieux norrois : þfa

D'une racine indo-européenne *terp- que l'on retrouve dans le sanscrit trpyati, tarpati (plus anciennement trpnóti, satisfaire son besoin), le tokharien tsārw (se réjouir), le grec ancien térpō (je rassasie), le lituanien tarpà (Accroissement), le vieux prussien enterpo (utilise), etc... Probablement de même origine : → *Þarbō- (manque).
Voire le substantif → *Þurfti- (besoin).

 

*Þurfti- (Besoin), subtantif féminin, germanique commun

gotique : þaurfts
vieil haut allemand : durft, vieux saxon : thurft
vieux frison : thurft

Formation nominale en dentale sur → *Þurfan, *Þurban (avoir besoin, avoir le droit à). Conservé en allemand moderne dans l'adjectif dürftig. Second terme du composé → Naudiþurfti- (besoin).

 

*Þurisa- (Géant, créature mythologique), subtantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : duris, vieux saxon : thuris
vieil anglais : þyrs
vieux norrois : þurs, norvégien : tusse

Sans étymologie connue. L'explication par Pokony et la racine indo-européenne *tur- est sans réel fondement. Se rencontre en vieux norrois fréquemment sous la forme du composé hrímþurs, géant de givre, avec → *Hrīma- (givre).
On retrouve le terme en finnois sous la forme du Tursas, monstre marin mythique. Thyrsus, géant légendaire du folklore du Tyrol, évoque peut être le souvenir des Thurses. Son nom se maintiendrait dans celui du hameau Dirschenbach (anciennement Thyrschenbach). Le norvégien tusse désigne une sorte de troll ou de lutin. *Þurisa- est, avec → *Etuna- et → *Wrisja-, l'un des trois termes désignant les géants dans la mythologie scandinave.
*Þurisa- est le nom de la troisième lettre de l'alphabet futhark.

 

*Þurnu- (Epine), substantif masculin, germanique commun

gotique : þaurnus
vieil haut allemand : dorn, thorn, vieux saxon : thorn, allemand : dorn
vieux frison : thorn, néerlandais : doorn
vieil anglais : þorn, anglais : thorn
vieux norrois : þorn, suédois : torn, islandais : þyrnir

D'une racine *trn- (pointe, épine) que l'on retrouve dans le vieux slave trĭnŭ (épine) ou le sanscrit trná- (brin d'herbe).