Lexique T

Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Lexique germanique T




A B D E F G H I J K L M N O P R S T þ U W




*Tekkōn (Tique, animal parasitaire), substantif masculin ou féminin, ouest germanique

vieil haut allemand : zehho, zeck(o), allemand : zecke
neerlandais : teek
vieil anglais : ticcia, anglais : tick

A comparer éventuellement à l'arménien tiz (punaise) ou au moyen irlandais dega (scarabée cerf-volant). Très hypothétique, notamment pour le deuxième exemple. Le français → tique est selon toute vraisemblance un emprunt ancien à l'anglais.

 

*Tīwa- (Tyr, nom de divinité), nom propre, germanique commun

vieil haut allemand : Ziu, Cyo
vieil anglais : Tīw, Tīg
vieux norrois : Týr

Le nom *Tīwa- est la continuation dans le domaine linguistique germanique du terme indo-européen *deiwós (dieu, être céleste) qui a également donné les termes latins deus et divus (français → dieu, divin), gallois duw, lituanien diẽvas ou avestique daēvō (démon). La racine originelle est *dei- (briller, resplendir). Il s'agit à l'origine du dieu celeste, le deus pater, l'équivalent sémantique et linguistique de Ju(piter), de Zeus, du Dyaúh (pitá) védique ou du Dei-(pátyros) illyrien.
*Tīwa- est la dix-septième lettre de l'alphabet futhark.

 

*Tūna- (Clôture, zone enclôturée), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : zūn, vieux saxon : tūn, allemand : zaun
vieux frison : tūn, neerlandais : tuin
vieil anglais : tūn, anglais : town
vieux norrois : tún, suédois : tun, islandais : tún

Le terme fait tout de suite penser au celtique dunon (fort, citadelle) que l'on retrouve dans la toponymie : Verodunum (Verdun), Lugdunum (Lyon), Eburodunum (Embrun), etc... De ce celtique dérivent le vieil irlandais dún (bourg, forteresse) ou le gallois din (place forte). On a proposé de rapprocher également du latin fūnus (français → funérailles, funèbre, funeste), ce mot étant alors envisagé comme ayant à l'origine désigné la tombe, le tertre funéraire. D'autres connexions sont proposées d'un point de vue indo-européen, mais cela demeure assez spéculatif. Le terme se rencontre dans la toponymie en Grande-Bretagne, notamment tous les noms de lieux en -ton.

 

*Tusjō- (esprit malfaisant), substantif féminin, germanique commun

Le terme n'est connu qu'à travers le composé → *Hagatusjō- (sorcière, littéralement : esprit de la haie) et le norvégien tysja (fée, vieille femme). On rapproche du lituanien dvasià (esprit) et du gaulois dusios (sorte de démon) que l'on retrouverait en breton diz (diable), en romanche dischöl ou döschel (créature malfaisante), en wallon dûhon et en basque tusuri (diable). La racine serait *dhwes- à laquelle sont apparentés d'une manière ou d'une autre, dans le domaine germanique → *Dula- (fou), → *Dwāsa- (stupide), → *Dusiga- (stupide, sot) et → *Dasan (étourdir, abasourdir).