Lexique S

Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Lexique germanique S




A B D E F G H I J K L M N O P R S T þ U W




*Sal(i)hō- (Saule), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : salaha, allemand : sal(weide)
vieil anglais : sealh, anglais : sallow
vieux norrois : selja, suédois : sälg

Terme issu d'une racine européenne *salik- que l'on retrouve dans le latin salix, le moyen irlandais sail ou le gallois helyg(os). On suppose que cette appelation du saule pourrait venir d'un ancien terme signifiant "gris" en rapport avec le vieil irlandais salach (sale) et le germanique → *Salwa- (sombre, terne). Le français → saule est issu du germanique.

 

*Salwa- (Trouble, terne, sale), adjectif, germanique commun

vieil haut allemand : salo
vieil anglais : salu, anglais : sallow
vieux norrois : solr

Origine obscure. Probablement issu de la même racine que → *Sal(i)hō- (saule). A donner le français → sale.

 

*Sanda- (Sable), substantif masculin ou neutre, germanique commun

vieil haut allemand : sant, vieux saxon : sand, allemand : sand
vieux frison : sond, néerlandais : zand
vieil anglais : sand
vieux norrois : sandr

Probablement issu d'un plus ancien *samad-, ce qui permettrait de relier au bavarois samp, au moyen haut allemand sampt et même au grec ancien ámathos. Origine plus lointaine incertaine, même si on rapproche le latin sabulum (français → sable).

 

*Selha- (Phoque), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : selah, seloha, selaho
vieil anglais : seolh, anglais : seal
vieux norrois : selr, suédois : sjöl

L'origine du terme n'est pas clair. Un lien avec le finois dialectal hylki est probable, mais le sens de l'emprunt ne peut être déterminé. Un lien avec la racine indo-européenne *selk- (tirer) (grec hélkein) n'est pas exclu en raison de la façon de se déplacer caractéristique de l'animal. Le mot a été remplacé en allemand par la formation seehund (chien de mer), empruntée au bas allemand et au néerlandais et facilitée par la proximité phonétique de l'ancien terme seel.

 

*Skaban (Raser, gratter avec un ustensile pointu), verbe, germanique commun

gotique : skaban
vieil haut allemand : scaban, vieux saxon : scaban, scavan, allemand : schaben
neerlandais : schaven
vieil anglais : sceafan, anglais : shave
vieux norrois : skafa, suédois : skava, islandais : skafa

Verbe fort. Se compare directement avec le latin scabere (français → scabreux), le lituanien skõbti (évider) ou le vieux slave skoblĭ (grattoir).
Le nom de la gale dans les langues germaniques, maladie provoquant de fortes démangeaisons, est issu du même étymon, bien qu'il soit impossible de reconstituer une forme commune : vieil haut allemand scabado, skebido, allemand schabe, schäbe, vieil anglais sceabb, anglais scab ou vieux norrois skabb.
Voire → *Skabō- (grattoir).

 

*Skabō- (Grattoir), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : scaba, allemand : schabe
vieil anglais : sceafa
vieux norrois : skafa

Substantif sur → *Skaban (raser, gratter avec un ustensile pointu).

 

*Skalka- (Serviteur), substantif masculin, germanique commun

gotique : skalks
vieil haut allemand : scalc, vieux saxon : scalk, allemand : schalk
vieux frison : skalk, neerlandais : schalk
vieil anglais : scealc
vieux norrois : skalkr

Sans correspondant en dehors du germanique. Second terme des composés → maréchal et → sénéchal dans la langue française.

 

*Skǣpa- (Mouton), substantif neutre, ouest germanique

vieil haut allemand : scāf, vieux saxon : scāp, allemand : schaf
vieux frison : skēp, néerlandais : schaap
vieil anglais : scēap, anglais : sheep

Terme propre au germanique, sans étymologie claire. Parfois rapproché de → *Skaban, a donc peut-être désigné très anciennement l'animal tondu, celui que l'on a débarassé de sa laine.

 

*Skapan (Organiser, mettre en ordre), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : scaffōn, allemand : schaffen
vieux norrois : skapa, suédois : skapa

L'étymologie est incertaine (existence de plusieurs hypothèses). → *Skapjan (créer, produire) en est la forme faible. Voire également → *Skapjina (échevin), → *Gaskapti- (création, travail), ainsi que la formation suffixale → *-skapi- (état, condition).

 

*-skapi- (Etat, condition), suffixe, germanique commun

vieil haut allemand : -scaf, vieux saxon: -scepi, allemand : -schaft
vieux frison : -skipi, néerlandais : -schap
vieil anglais : -sciepe, anglais : -ship
vieux norrois : -skapr, suédois : -skap

Suffixe formé sur la racine de → *Skapan.

 

*Skapjan (Créer, produire), verbe, germanique commun

gotique : -skapjan
vieil haut allemand : skepfen, vieux saxon: skeppian, allemand : schaffen, schöpfen
vieux frison : skeppa, neerlandais : scheppen
vieil anglais : scippan, anglais : shape
vieux norrois : skepja

Verbe faible issu de → *Skapan (organiser, mettre en ordre). Voire également → *Gaskapjan (creature).

 

*Skapjina- (juge, échevin), substantif masculin, germanique continental

vieil haut allemand : skeffino, allemand : schöffe
néerlandais : schepen

A donné le français → échevin par l'intermédiaire du latin scabinus. Les différents termes hérités différent quelque peu si bien qu'il est difficile de reconstruire une forme commune. Même origine que → *Skapan (organiser, mettre en ordre). Passé en italien : scabino.

 

*Skarba-, *Skarbō- (Cormoran), substantif masculin ou féminin, germanique commun

vieil haut allemand : scarbo, scarba, allemand : scharbe
vieil anglais : scræf, scealfra, scealfor
vieux norrois : skarfr, skoarwer

Tout comme le latin corvus marīnus ("corbeau de mer", d'où le français → cormoran), il est probable que *Skarba-, *Skarbō- soit lié en germanique au nom du corbeau → *Hrabna- avec [s] à l'initiale. Le vieil anglais et le vieux norrois présentent des formes dérivées en [r].

 

*Snakōn (Serpent, couleuvre), substantif masculin, germanique commun

allemand : schnake (couleuvre à collier)
vieil anglais : snaca, anglais : snake
vieux norrois : snákr, suédois : snok

Apparenté au vieil allemand snahhan (de *snakan, glisser, ramper), et plus lointainement au vieil irlandais snáigech, snáidech (rampant) et à une racine indo-européenne *sneg- / *snag- (ramper). Voire également → *Sneggō-, *Snagila-, *Snegila-. L'allemand moderne est issu du bas allemand.

 

*Sneggō- (Escargot), substantif féminin, germanique commun
*Snagila- (Escargot), substantif masculin, germanique insulaire
*Snegila- (Escargot), substantif masculin, germanique commun


vieil haut allemand : sneggo, sleggo, vieux saxon : snegil, allemand : schnecke
néerlandais : slak
vieil anglais : snegel, snægl, anglais : snail
vieux norrois : snigill, suédois : snigel, snäcka, islandais : snigill

De même origine que → *Snakōn (serpent). Issu d'une racine indo-européenne *sneg- / *snag- (ramper).

 

*Snella- (Agile, rapide), adjectif, germanique commun

vieil haut allemand : snel, vieux saxon : snel, allemand : schnell
néerlandais : snel
vieil anglais : snel(l)
vieux norrois : snjallr, suédois : snäll, islandais : snjallur

Terme purement germanique.

 

*Spangō- (Agrafe), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : spanga, allemand : spange
neerlandais: spang
vieil anglais : spang
vieux norrois : spǫng, islandais : spöng

Probablement un dérivé en [k] sur → *Spannan (tendre, raidir).

 

*Spannan (Tendre, raidir), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : spannan, vieux saxon : spannan, allemand : spannen
neerlandais: spannen
vieil anglais : spannan, anglais : span

Même s'il n'est pas attesté, le verbe a sans doute également existé dans la branche nordique, voire → *Spannō- (écart entre les doigts en tant qu'unité de mesure). On compare avec le lituanien spęsti (tendre, poser un piège) ou le vieux slave pędĭ (écart). D'une racine simplifiée *pen- on peut évoquer le lituanien pìnti (tresser, enrouler), le vieux slave propęti (déployer) et l'arménien henum (je tisse, je couds). Voire aussi → *Spangō- (agrafe) et → *Spennan (tisser).
A l'origine du français → épanouir.

 

*Spannō- (Ecart entre les doigts en tant qu'unité de mesure), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : spanna, allemand : spanne
vieux frison : sponne, neerlandais: span(ne)
vieil anglais : spann, anglais : span
vieux norrois : spǫnn, suédois : spann, islandais : spönn

Substantif sur → *Spannan (tendre, raidir).

 

*Sparwa- (Moineau), substantif masculin, germanique commun
*Sparwōn (Moineau), substantif masculin, germanique commun


gotique : sparwa
vieil haut allemand : spar(o), speriling (avec suffixe d'appartenance -iling), allemand : sperling
vieil anglais : spearwa, anglais : sparrow
vieux norrois : sporr, suédois : sparv, islandais : spör(fugl)

A comparer avec le vieux prussien spurglis (moineau), le grec glossé spérgulos (petit oiseau) et peut-être le tokharien A spār (pluriel, nom d'un oiseau). De manière plus lointaine, on rapproche le grec spaírein (frétiller, s'agiter) ou le vieil indien sphuráti (filer dans l'air). Le germanique continental a également construit une forme *sparwārōn, passée très tôt à sparwāri, à partir de *Sparwa- et de → *Arōn (aigle, oiseau de proie de taille importante) pour désigner l'épervier. Le sens premier du mot est donc "rapace prédateur de passereaux". Il a donné l'allemand actuel sperber, le néerlandais sperwer et le français → épervier. Le vieil anglais avait lui développé une forme spear-hafoc, avec comme second élément hafoc issu de → *Habuka- , pour désigner un type d'épervier (autour).

 

*Spennan (Tisser, filer), verbe, germanique commun


vieil haut allemand : spinnan, allemand : spinnen
vieux frison: spinna, neerlandais : spinnen
vieil anglais : spinnan, anglais : spin
vieux norrois: spinna, suédois : spinna, islandais : spinna

De même origine que → *Spannan (tendre, raidir). A donné → *Spennōn (arraignée) et → *Spennilō- (fuseau).

 

*Spennilō- (Fuseau), substantif féminin, ouest germanique


vieil haut allemand : spinnil(a), spindel, vieux saxon: spinnila, allemand : spindel
vieux frison: spindel, neerlandais : spil
vieil anglais : spinel, anglais : spindle

Formation instrumentale sur → *Spennan (tisser, filer). Le neerlandais spil est issu d'une forme syncopée. Celle-ci est également attestée dans le vieux haut allemand spilla. Tout comme dans les langues latines, Euonymus europaeus (le fusain) tire son nom dans les langues germaniques du fuseau car son bois dur servait à les fabriquer : allemand spillbaum ou spindelbaum et anglais spindle.

 

*Spennōn (araignée), substantif féminin, germanique continental
*Spentrā- (araignée), substantif féminin, germanique commun


vieil haut allemand : spinna, allemand : spinne
neerlandais : spin
vieil anglais : spiþra, anglais : spider
vieux suédois (avec suffixe) : spinnil, suédois : spindel

Substantif sur → *Spennan (tisser, filer). Le sens originel est donc "la tisseuse", "la fileuse".

 

*Spihta- (Pic), substantif masculin, germanique commun
*Spiha- (Pic), substantif masculin, germanique commun


vieil haut allemand : speht, speh, allemand : specht
neerlandais : specht
vieux norrois : spætr, suédois : hackspett, hackspick, islandais : spæta

Se compare avec les mots latins, sans [s] à l'initiale, pīcus (français → pic) et pīca (français → pie) et, avec modification du sens, avec le vieux prussien picle (grive licorne) et le vieil indien piká (coucou). Le terme français → épeiche / épeichette est un emprunt au germanique.

 

*Staina- (Pierre), substantif masculin, germanique commun

gotique : stains
vieil haut allemand : stein, vieux saxon : stēn, allemand : stein
vieux frison : stēn, néerlandais : steen
vieil anglais : stān, anglais : stone
vieux norrois : steinn, suédois : sten, islandais : steinn

Se compare avec le vieux slave stěna (mur, falaise). Il pourrait s'agir d'un dérivé en [n] sur la même racine que le grec ancien stía (petite pierre, gravier).

 

*Staldan (Posséder ? acquérir ?), verbe, germanique commun

gotique : gastaldan

Verbe uniquement attesté dans le gotique gastaldan, mais dont on retrouve probablement la racine dans le composé → *Hagustalda- (jeune guerrier, jeune homme non marié). Origine incertaine.

 

*Stamna- (Tronc, tige), substantif masculin, ouest germanique

vieil haut allemand : stam, vieux saxon : stamm, allemand : stamm
néerlandais : stam
vieil anglais : stefn, stemn, anglais : stem

Il s'agit probablement à l'origine d'un dérivé sur → *Stǣn. Une comparaison est possible, toutefois sans [s] à l'initiale, avec le vieil irlandais taman (tronc), le grec stámnos (prichet, cruche dressés), le vieil indien sthána (emplacement), le tokharien A stām ou le tokharien B stām (arbre). Le sens originel est "celui qui tient debout".

 

*Starōn (Etourneau), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : stara, allemand : star
vieil anglais : stær, anglais : stare, starling
vieux norrois : stari, suédois : stare, islandais : stari

Se rapproche avant tout du latin sturnus (français → étourneau). Plus lointainement, voire → *Þrastu-, → *Þruskjōn, → *Þrustlō-.

 

*Steura- ( Taureau), substantif masculin, germanique commun
*Teura- (Taureau), substantif masculin, nord germanique


gotique : stiur
vieil haut allemand : stior, allemand : stier
néerlandais : stier
vieil anglais : stēor, anglais : steer
vieux norrois : stjórr (incertain), þjórr

Des termes directement apparentés sont présents dans différentes langues : latin taurus (français → taureau), grec taűros, vieux slave turŭ, lituanien taűras (aurochs), irlandais tarb, gallois tarw (d'un inexpliqué *tarw- à la place de *taur-). La forme germanique la plus répendue avec un [s] pourrait être en relation avec l'avestique *staora- (gros bétail). La présence de termes similaires dans les langues sémitiques ne doit probablement rien au hasard. Probablement un très ancien emprunt.

 

*Stōda- (Troupeau de chevaux), substantif neutre, germanique commun

vieil haut allemand : stuot, allemand : stute (jument)
vieil anglais : stōd, anglais : stud
vieux norrois : stóđ

Le sens originel est "troupeau de chevaux", spécialisé en allemand au sens de "jument" (un troupeau est composé d'un étalon et de plusieurs juments). Le sens originel s'est conservé dans cette langue dans le terme gestüt (haras). Probablement de même origine que → *Stǣn (vocalisme long) et → *Standan.

 

*Strandō- (Plage, rivage), substantif féminin, germanique commun

allemand : strand
néerlandais : strand
vieil anglais : strand
vieux norrois : strǫnd, suédois : strand, islandais : strönd

Terme sans étymologie en dehors du germanique. L'allemand est repris aux dialectes néerlandais.

 

*Strauejan (Répandre, éparpiller), verbe, germanique commun

vieil haut allemand : strewen, strouwen, vieux saxon : streuwian, strōian, allemand : streuen
néerlandais : strooien
vieil anglais : streowian, anglais : strew
vieux norrois : strá, suédois : stro, islandais : strá

Les uniques correspondants en dehors du domaine germanique sont latins : struere (empiler, construire) et sternere (étendre, couvrir). Voire le substantif → *Strawa, *Strǣwa-.

 

*Strawa- (Paille), substanfif neutre, germanique commun
*Strǣwa- (Paille), substantif neutre, germanique commun


vieil haut allemand : strō, strou, allemand : stroh
vieux frison : strē, néerlandais : stro
vieil anglais : strēaw, anglais : straw
vieux norrois : strá, suédois : strå, islandais : strá

Il s'agit selon toute vraisemblance d'un dérivé du verbe → *Strauejan (répandre, éparpiller). Le sens originel est donc "litière", "paillis". Se compare au latin strāmen, dérivé du verbe sternere (étendre, couvrir), de même origine que les termes germaniques.

 

*Sturjōn (Esturgeon), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : stur(i), stür(e), vieux saxon : sturio, allemand : stör
vieil anglais : styria
vieux norrois : styrja

Comparable au russe osëtr ou au lituanien erškētas. Origine non déterminée, peut-être emprunté à une langue inconnue. Le français → esturgeon est un emprunt au germanique.

 

*Sturka- (Cygogne), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : storah, allemand : storch
néerlandais : stork
vieil anglais : storc, anglais : stork
vieux norrois : storkr, suédois : stork, islandais : storkur

Terme mystérieux. Une origine commune lointaine avec → *Starōn est possible. Witczak a également envisagé une hypothétique origine dans une racine indo-européenne *sr + consonne permettant de faire un lien avec le grec pelārgós (cygogne) d'un plus ancien *pelawo-srgo- (avec premier terme désignant peut-être une couleur) et avec éventuellement le vieil indien srjayá- (nom d'un oiseau).

 

*Sū- (Truie), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : , vieux saxon : , allemand : sau
vieil anglais :
vieux norrois : sýr

Dénomination de la truie issue du terme commun désignant le porc dans les langues indo-européennes (racine *sū-) : latin sūs, letton suvēns (goret), grec hys, tokharien B suwo, avestique hū- (porc, sanglier), vieil indien sūkará (porc, sanglier). Il a existé, tout comme en vieux celtique continental, un dérivé en [k] du terme d'origine en vieil anglais sugu et en vieux saxon suga. Voire également → *Swīna-, issu d'un dérivé d'époque indo-européenne en [n] de *sū- qui a pris le sens commun de "porc, cochon".

 

*Sunnō- (Soleil), substantif féminin, germanique commun
*Sōwilō- (Soleil), substantif féminin, germanique commun
*Sōwulō- (Soleil), substantif féminin, germanique commun

gotique : sunno, sauil
vieil haut allemand : sunna, vieux saxon : sunna, allemand : sonne
vieux frison : sunne, senne, sinne, néerlandais : zon
vieil anglais : sunne, sygil, anglais : sun
vieux norrois : sunna, sól, suédois : sol

*Sunnō- avec sa nasale rappelle l'avestique xvǝng (génitif). Les formes avec liquide se retrouvent dans le sanscrit súvar, sūrya-, dans le grec ancien hēlios, dans le latin sōl (français → soleil), dans le gallois haul, le lituanien sáulè et dans le vieux slave slŭnĭce.
*Sōwilō- est la seizième lettre de l'alphabet futhark.

 

*Swalwōn (Hirondelle), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : swalawa, swalbe, vieux saxon : swala, allemand : schwalbe
vieux frison : svala, neerlandais : zwaluw
vieil anglais : swealwe, anglais : swallow
vieux norrois : svala, suédois : svala, islandais : svala

Terme proprement germanique, probablement issu d'un substrat européen.

 

*Swana- (Cygne), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : swan(o), vieux saxon : swan, allemand : schwan
neerlandais : zwan
vieil anglais : swan, anglais : swan
vieux norrois : svanr, suédois : svan, islandais : svanur

Le cygne est probablement nommé en germanique d'après son cri. Si cette hyptothèse est la bonne, le terme est sans aucun doute issu d'une racine indo-européenne *swen- (résonner, bourdonner), dont on retrouve des descendants dans le vieil indien svan (résonner, bourdonner), le latin sonus (français → son) ou le vieil irlandais senn (jouer d'un instrument, faire de la musique).

 

*Swīna- (Porc), substantif neutre, germanique commun

gotique : swein
vieil haut allemand : swīn, vieux saxon : swīn, allemand : schwein
vieux frison : swīn, neerlandais : zwijn
vieil anglais : swīn, anglais : swine
vieux norrois : svín, suédois : svin, islandais : svín

Dérivé en [n], soulignant l'appartenance au genre du terme d'origine, sur → *Sū-. Cette formation est d'époque indo-européenne puisque l'on retrouve le même type de construction dans le latin suīnus ou le vieux slave svinŭ. Le sens premier est donc "qui est semblable au porc, qui est du même genre", avant que le terme classique → *Sū- ne prenne le sens exclusif de "truie" et que son dérivé ne le remplace dans la désignation commune de l'espèce.