Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Lexique germanique K




A B D E F G H I J K L M N O P R S T þ U W




*Kalbaz- (Veau), substantif neutre, germanique commun

vieil haut allemand : kalb, vieux saxon : kalf, allemand : kalb
neerlandais : kalf
vieil anglais : cealf, anglais : calf
vieux norrois : kalfr, suédois : kalv, islandais : kálfur

On a à faire ici à un terme à classe de déclinaison en [s], comme les formes norroises, le pluriel allemand (kälber) ou l'existence d'un dérivé tel que → *Kelbuzjō- le confirment. D'un point de vue indo-européen, éventuellement à comparer avec le vieil-indien gárbham (placenta, foetus), avestique gərə-buš- (jeune animal) ou le grec delphýs (utérus). Un dérivé féminin → *Kalbo- a existé.

 

*Kalbo- (Jeune vache), substantif féminin, germanique commun

gotique : kalbo
vieil haut allemand : kalba

Dérivé de forme féminine sur → *Kalbaz-.

 

*Karila- (Homme libre), substantif masculin, germanique commun

vieil haut allemand : karl, allemand : kerl
vieux frison : zerl, neerlandais : kerel
vieil anglais : ceorl, carl, anglais : churl
vieux norrois : karl, suédois karl, islandais : karl

Il semble avoir existé deux formes avec vocalismes différents, ce qui peut laisser sous-entendre une différenciation dialectale. Les sens d'époux et de paysan sont également bien représentés. Le vieux norrois a également signifié "vieil homme", "homme sage", ce qui a amené Pokorny a rapproché *Karila- d'une racine indo-européenne *gerǝ- (vieux), rapprochement qui est probablement erroné.
A l'origine des prénoms Karl, Charles (latin Carolus), etc... attestés pour la première fois avec le roi de Mercie Cearl/Ceorl (VI-VIIème siècle).

 

*Kauna- (Gonflement, tumeur, abcès), substantif neutre, germanique nordique

vieux norrois : kaun

Non attesté en dehors de la Scandinavie. Nom de la sixième lettre de l'alphabet futhark.

 

*Kausjan (Essayer, goûter, connaître), verbe, germanique ostique

gotique : kausjan

Terme de même origine que → *Keusan (choisir). Attesté uniquement en gotique. A l'origine du français → choisir, choix.

 

*Kebra-, *Kebrōn, *Kabra- (Coléoptère, punaise) [ouest germanique]
vieil haut allemand : kevur, kevar, kever, kevuro, keviro, kevero, vieux saxon kevera, allemand : käfer
neerlandais : kever
vieil anglais : ceafer, anglais : chafer
De la même origine que KIEFER, le sens d'origine est donc "le mangeur, le dévoreur".

 

*Keinan (S'ouvrir, se fissurer, germer), verbe, germanique commun

gotique : keinan
vieil haut allemand : kīnan, vieux saxon : kīnan
vieil anglais : cīnan

On compare ce verbe au letton ziêdêt (sortir de terre, apparaître à la lumière) ou au lituanien žydéti (fleurir). Un dérivé en [l] pourrait se retrouver dans l'arménien cił (germe, pousse). Le terme ne survit plus en germanique que dans les substantifs dérivés keim (germe) en allemand et kiem (idem) en néerlandais. Voire également → *Kēno-.

 

*Kelbuzjō- (Brebis), substantif féminin, ouest-germanique

vieil haut allemand : kilburra - kilb(ir)ra
vieil anglais : cilforlamb

Dérivé sur → *Kalbaz-

 

*Kēno- (Bois de pin), substantif masculin, ouest-germanique

vieil haut allemand : kien, allemand : kien
vieil anglais : cēn

Il existe 2 étymologies possibles :
- On rapproche ce terme du verbe → *Keinan- (s'ouvrir, se fissurer). Les lames de pin étaient en effet séparées avant d'être rabotées.
- On suppose une racine *kiz- (pin, sapin, épicéa) à l'origine d'un dérivé *kiz-na- devenu *kezna- puis *kēna- (qui est comme le pin, qui vient du pin). On rapproche cette hypothétique racine *kiz- du vieil irlandais giús (sapin), lui-même issu d'un plus ancien celtique *gis-.
Le terme vieil anglais cēn pourrait avoir été emprunté à une autre langue germanique. Un composé de ce terme (avec → *Furhō-) se retrouve aujourd'hui dans l'allemand kiefer (vieil haut allemand : kienforaha, pin).

 

*Keusan (Choisir), verbe, germanique commun

gotique : kiusan
vieil haut allemand : kiosan, vieux saxon : kiosan, allemand : kiesen
vieux frison : kiāsa, ziāsa, néerlandais : kiezen
vieil anglais : cēosan, anglais : choose
vieux norrois : kjósa, suédois : tjusa, islandais : kjósa

Verbe issu d'une racine indo-européenne *ģeus- (goûter, essayer) que l'on retrouve dans le sanscrit jusáte (profite, aime), le grec ancien geúomai (je goûte), le vieil irlandais do-goa (élire, choisir) ou le latin glossé dēgūnere (*dē-gus-n-). Le verbe allemand kiesen - dont le participe passé était koren - est vieilli. Le second élément de Valkyrie (vieux norrois Valkyrja, vieil anglais Wælcyrge) est également apparenté à *Keusan. Les Valkyries sont donc littéralement celles qui choisissent les morts [les guerriers tombés au combat], voire → *Wala- pour le premier élément . Le substantif → *Kuzi- est issu de la même racine. Les mots hérités ont souvent été remplacés, sauf en anglais, par des termes issus de → *Walijan. Voire également → *Kausjan.

 

*Krakjattan (Croasser), verbe, ouest-germanique

vieil haut allemand : krockezzen, allemand : krächzen
vieil anglais : cracettan, anglais : croak

Terme, dérivé en [k], de la même origine que le verbe → *Krāwon, *Krāwjon. A rapprocher du latin graculus (choucas) ou du vieux slave krakati (croasser). Au final l'origine est très probablement onomatopique et est une référence au croassement typique des corbeaux/corneille (penser au français croasser). Voire → *Krako-, → *Kraka- .

 

*Krako- (Corneille), substantif féminin, nord-germanique
*Kraka- (Corbeau), substantif féminin, nord-germanique

vieux norrois : kráka, krákr

Terme, dérivé en [k], de la même origine que le verbe → *Krāwon, *Krāwjon. Voire → *Krakjattan.

 

*Krāwan (Croasser), verbe, ouest-germanique
*Krāwjan (Croasser), verbe, ouest-germanique

vieil haut allemand : krāen, krāgen, krāwen, vieux saxon : krāia, allemand : krähen
neerlandais : kraaien
vieil anglais : crāwan, anglais : crow

Il s'agit à l'origine d'un faible fort, tout comme la forme vieille anglaise crāwan l'indique. On le compare au lituanien gróti ou au vieux slave grajati (croasser). A l'origine du substantif → *Krāwon, *Krāwjon. Voire également la forme dérivée → *Krakjattan.

 

*Krāwon (Corneille), substantif féminin, ouest-germanique
*Krāwjon (Corneille), substantif féminin, ouest germanique

vieil haut allemand : krāia, krāwa, krāha, krāa, vieux saxon : krāia, allemand : krähe
neerlandais : kraai
vieil anglais : crāwe, anglais : crow

Substantif sur le verbe → *Krāwan, *Krāwjan (croasser). La corneille est ainsi désignée comme la "croasseuse". Voire également → *Krako-, *Kraka-.

 

*Krana- (Grue), substantif masculin, ouest-germanique
*Kranōn (Grue), substantif masculin, ouest-germanique
*Kranuka- (Grue), substantif masculin, germanique continental

vieil haut allemand : krano, kranuh, kranih, vieux saxon : krano, allemand : kran, kranich
neerlandais : kraan
vieil anglais : cran, cornoc, anglais : crane

Se compare immédiatement avec le vieux celtique continental garanos (gallois garan), le grec géranos, le lituanien garanys (héron, cygogne) et, avec une extension en [k] (comme dans *Kranuka-), l'arménien krunk. On trouve également, avec une extension en [u], le latin grūs (français grue), le lituanien gérvė ou le vieux slavon žeravǐ. A noter que les langues germaniques, tout comme le français, utilisent le terme pour désigner à la fois l'engin mécanique et l'oiseau. Le vieux-norrois trani présente une mutation de l'initiale abhérante. Les cranberries tirent bien sûr leur nom de l'oiseau, en allemand (kronsbeere) ou en norvégien (tranebær) également.

 

*Kūkīna- (Poussin), substantif neutre, germanique commun

allemand : küken (repris au bas allemand)
neerlandais : kuiken
vieil anglais : cicen, anglais : chicken
vieux norrois : küklingr

 

*Kuzi- (Choix), substantif neutre ou masculin, ouest germanique

vieil haut allemand : kuri, allemand : kür, küren
vieux frison : kere
vieil anglais : cyre

Substantif de même origine que → *Keusan

 

*K(w)ōu- (Vache), substantif féminin, germanique commun

vieil haut allemand : kuo, vieux saxon : , allemand : kuh
vieux frison : , neerlandais : koe
vieil anglais : , anglais : cow
vieux norrois : kýr, suédois : ko, islandais : kýr

Terme d'origine indo-européenne (*gwōu-) désignant à l'origine le boeuf et passé à son équivalent féminin en germanique (probablement même phénomène que pour → *Gait(i)-). Termes apparentés : vieil indien gáu-, grec boũs, latin bōs (français → boeuf, bovin), vieil irlandais , gallois bu, buw, buyn, letton gùovs.