Peuples et linguistique germaniques antiques

Peuples et linguistique germaniques antiques
Editeur Texte / HTML

Le proto-germanique est une langue reconstituée pour laquelle nous n'avons aucune source écrite. Il s'agit d'un membre de la famille des langues dites indo-européennes.

L'un des principaux phénomènes caractéristique de la constitution de la langue proto-germanique esr la première mutation consonantique, également appelé loi de Grimm. Il s'agit d'un ensemble de modifications liées les unes aux autres qui entraîna d'importante modifications phonétiques et un bouleversement de la morphologie de la langue qui allait devenir le proto-germanique. C'est le système des occlusives qui fut touché. Un phénomène similaire a eu lieu en Arménien. 

Première mutation consonantique du proto-germanique - Loi de Grimm

Les occlusives sourdes issues du système consonantique indo-européen ont été transformées en fricatives sourdes (phénomène de spirantisation):

[p] -> [f]
[t] -> [þ]
[k] -> [χ]
[kw] -> [χw]

[χ] correspond originellement à un son identique au [ch] que l'on retrouve par exemple dans l'Allemand koch.

La spirantisation n'a pas eu lieu lorsque la consonne occlusive sourde était précédée d'une sonante [m], [n], [l] ou [r], d'une voyelle ou était placée en seconde position dans le mot.

Les occlusives sonores sont devenues des occlusives sourdes (dévoisement) :

[b] -> [p]
[d] -> [t]
[g] -> [k]
[gw] -> [kw]

Les occlusives sonores aspirées sont devenues des occlusives sonores simples (déaspiration) :

[bh] -> [b]
[dh] -> [d]
[gh] -> [g]
[gwh] -> [gw]

A noter que ce phénomène de déaspiration des consonnes occlusives n'est pas propre au germanique et que la majorité des langues indo-européennes héritées ont perdu les consonnes aspirées.